Antananarivo
  • Antananarivo, située à un point stratégique des Hauts-Plateaux fut dans un passé lointain tenue par les souverains primitifs « vazimba » avant d’être prise en 1610 par le roi Andrianjaka qui y installa une garnison de mille hommes, d’où son nom. Le roi Andriamasinavalona partagea ce royaume entre ses quatre fils et un neveu. Ce dernier, le roi Andrianampoinimerina, à la faveur de luttes fratricides, reprit la capitale en 1794, afin de consolider l’unité malagasy. La ville-des-milles-guerriers, Vohitsara ou la cité de beauté, ou simplement Tana… sont autant de noms et de qualificatifs pour cette capitale de Madagascar. Elle est édifiée à partir de l’une des douze collines sacrées celle d’Analamanga – la fôret bleue où s’élève le Palais de la Reine. Juchée sur un énorme rocher, elle domine la vaste plaine du Betsimitatatra.

    Surnommée la « Cité-des-Milles-Guerriers » en souvenir des chefs-guerriers qui allaient imposer et étendre leur domination à toute la région des Hauts-Plateaux, elle a gardé des vestiges, certes parfois mutilés, de son glorieux passé, les complètent d’autres centres d’intérêts plus récents. Elle se compose de 3 niveaux bien distincts :

    la ville basse s’étend autour de l’Avenue de l’Indépendance, jadis lieu d’un important marché, le Zoma. Cette basse ville est reliée à tous les quartiers, notamment celui de Mahamasina et le plan d’eau d’Anosy,

    la ville moyenne s’étale à mi-collines avec ses maisons traditionnelles et la belle place de l’Indépendance, centre commercial et financier,

    la haute-ville qui est dépositaire de l’âme d’Antananarivo avec ses palais, ses églises en pierres de taille, ses vieilles demeures à colonnades, ses places.

    Au blason, tête de zébu à longues cornes sur fond or aux un et quatre, fleur de lys sur fond azur aux deux et trois. La couronne représentant une muraille à sept tours symbolise son statut de capitale. La devise « Ny arivolahy tsy maty indray andro » signifie « Les mille hommes ne peuvent pas mourir en un seul jour ». C’est l’affirmation d’une invincibilité. Ces armes ont été adoptées en Mai 1950 par le Conseil municipal à l’occasion du lancement du vaisseau Ville d’Antananarivo.
    La République de Madagascar est un État insulaire, situé dans la partie occidentale de l’océan Indien, au large de l’Afrique de l’est dont il est séparé par le canal du Mozambique, large de 400 km. Sa capitale est Antananarivo.
    Antananarivo est entourée de collines. Le royaume de Madagascar s’est édifié à partir de ces positions stratégiques. Parmi les douze collines sacrées que vénèrent les habitants de l’Imerina, Ambohimanga, qui abrite la cité interdite d’Andrianampoinimerina, est un lieu incontournable. Mais d’autres sites, comme Imerinkasinina ou Antsahadinta sont aussi dignes d’intérêt. Les sites d’Andranoro, Ambodihady, et Ambohidratrimo sont tout proches de la capitale. De toutes les façons, chaque crête est un lieu chargé d’histoire.
    6 novembre 1995 – 6 novembre 2010. Cela fait 15 ans que la ville des Mille a perdu l’un de ses plus beaux monuments qu’est le Rova de Manjakamiadana. La nuit du 6 novembre 1995, un incendie, dont l’origine est restée inconnue (criminelle, disent la plupart des gens), a détruit un ensemble de bâtiments de la Cité royale, le Rova d’Antananarivo. Cette destruction a été vécue par la population comme un traumatisme moral, psychologique, ontologique. Par cet acte, on s’est attaqué aux symboles de l’Histoire et à la mémoire des grands ancêtres – dont les tombeaux ont brûlé – qui ont tenté d’unir le pays.
    La Haute Ville, dépositaire de l’âme d’Antananarivo avec ses palais, ses églises en pierre de taille, ses vieilles demeures à colonnades, ses places et chemins royaux.


    septembre 21st, 2011 | Admin |